jeudi 14 juillet 2016

Larmes - André Rivoire


Une larme, une larme encore…
Du fond de mon cœur anxieux,
Lentement, je vous sens éclore,
O douces larmes, fleurs des yeux !

Vous montez lourdes et pressées,
Et voici que monte avec vous
Tout un flot de choses passées
Au murmure puissant et doux.

Loin, très loin, dans l’ombre j’écoute :
Mes souvenirs sont en chemin ;
L’un poussant l’autre, goutte à goutte
Ils tombent et brûlent ma main.

Coulez toutes, anciennes larmes !
Je vous accueille sans remords,
Derniers regrets, suprêmes charmes
Des bonheurs fragiles – et morts !

Vous êtes tout ce qui persiste
Du rêveur tendre que je fus…
Quittez pour toujours ma chair triste,
Pleurs attardés, soupirs confus !

Survivantes de mes alarmes,
Reliques d’un lointain émoi,
Je sens avec vous, douces larmes,
Tout le passé sortir de moi.





André Rivoire
Un poème d’André Rivoire (1872 – 1930), poète et auteur dramatique français. Il est paru en 1904 dans le recueil « Le chemin de l’oubli ».  

Aucun commentaire:

Publier un commentaire