mercredi 20 mai 2015

L’éternelle chanson - Rosemonde Gérard


Lorsque tu seras vieux et que je serai vieille,
Lorsque mes cheveux blonds seront des cheveux blancs,
Au mois de mai, dans le jardin qui s’ensoleille,
Nous irons réchauffer nos vieux membres tremblants.
Comme le renouveau mettra nos cœurs en fête,
Nous nous croirons encore de jeunes amoureux,
Et je te sourirai tout en branlant la tête,
Et nous ferons un couple adorable de vieux.
Nous nous regarderons, assis sous notre treille,
Avec de petits yeux attendris et brillants,
Lorsque tu seras vieux et que je serai vieille,
Lorsque mes cheveux blonds seront des cheveux blancs.

Sur notre banc ami, tout verdâtre de mousse,
Sur le banc d’autrefois nous reviendrons causer,
Nous aurons une joie attendrie et très douce,
La phrase finissant toujours par un baiser.
Combien de fois jadis j’ai pu dire « Je t’aime » ?
Alors avec grand soin nous le recompterons.
Nous nous ressouviendrons de mille choses, même
De petits riens exquis dont nous radoterons.
Un rayon descendra, d’une caresse douce,
Parmi nos cheveux blancs, tout rose, se poser,
Quand sur notre vieux banc tout verdâtre de mousse,
Sur le banc d’autrefois nous reviendrons causer.

Et comme chaque jour je t’aime davantage,
Aujourd’hui plus qu’hier et bien moins que demain,
Qu’importeront alors les rides du visage ?
Mon amour se fera plus grave ― et serein.
Songe que tous les jours des souvenirs s’entassent,
Mes souvenirs à moi seront aussi les tiens.
Ces communs souvenirs toujours plus nous enlacent
Et sans cesse entre nous tissent d’autres liens.
C’est vrai, nous serons vieux, très vieux, faiblis par l’âge,
Mais plus fort chaque jour je serrerai ta main
Car vois-tu chaque jour je t’aime davantage,
Aujourd’hui plus qu’hier et bien moins que demain.

Et de ce cher amour qui passe comme un rêve,
Je veux tout conserver dans le fond de mon cœur,
Retenir s’il se peut l’impression trop brève
Pour la ressavourer plus tard avec lenteur.
J’enfouis tout ce qui vient de lui comme un avare,
Thésaurisant avec ardeur pour mes vieux jours ;
Je serai riche alors d’une richesse rare
J’aurai gardé tout l’or de mes jeunes amours !
Ainsi de ce passé de bonheur qui s’achève,
Ma mémoire parfois me rendra la douceur ;
Et de ce cher amour qui passe comme un rêve
J’aurai tout conservé dans le fond de mon cœur.

Lorsque tu seras vieux et que je serai vieille,
Lorsque mes cheveux blonds seront des cheveux blancs,
Au mois de mai, dans le jardin qui s’ensoleille,
Nous irons réchauffer nos vieux membres tremblants.
Comme le renouveau mettra nos cœurs en fête,
Nous nous croirons encore aux jours heureux d’antan,
Et je te sourirai tout en branlant la tête
Et tu me parleras d’amour en chevrotant.
Nous nous regarderons, assis sous notre treille,
Avec de petits yeux attendris et brillants,
Lorsque tu seras vieux et que je serai vieille
Lorsque mes cheveux blonds seront des cheveux blancs.




Le poème :

« L’éternelle chanson » est extrait du premier recueil de poèmes de Rosemonde Gérard intitulé « Les Pipeaux »(1889). Ces vers furent écrits pour le mari de Rosemonde, Edmond Rostand.

"Médaille des amoureux" de la maison Augis
Ce poème contient les célèbres vers : « Et, comme chaque jour je t’aime davantage /Aujourd’hui plus qu’hier et bien moins que demain ». Il fut frappé en médaille en 1907 par le joaillier lyonnais Alphonse Augis sous la forme « + qu’hier – que demain ». Augis appela ce bijou « La médaille des amoureux » et il connut un énorme succès partout dans le monde(d’ailleurs, il se vend encore de nos jours…).


L’auteur :

Rosemonde Gérard
Rosemonde Gérard (1871-1953) avait pour parrain le poète Leconte de Lisle et son tuteur était Alexandre Dumas fils.

En 1890, elle épouse Edmond Rostand, l’auteur du célèbre « Cyrano de Bergerac », sorti en 1897. Ils auront deux enfants. En 1910, Edmond quitte le foyer. La poésie occupa une place de choix dans l’oeuvre littéraire de Rosemonde.

Elle fut chevalier de la Légion d’Honneur et membre du jury du Prix Fémina.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire