mercredi 3 février 2016

Virelangue, casse-langue ou fourchelangue


Tout le monde en a entendu, sans forcément pouvoir le nommer avec exactitude…Le mot « virelangue » est un néologisme qui vient de l’expression anglaise « tongue twister ». Le virelangue est une phrase conçue, avec beaucoup de malice, pour faire fourcher la langue. C’est pourquoi on peut également parler de « fourchelangue » ou de « casse-langue ».

Amusez-vous donc à répéter ces virelangues plusieurs fois d’affilée et le plus rapidement possible, fous rires garantis ! (les enfants adorent cet exercice, un jeu rigolo pour les jours de pluie…) :

- La boule rouge bouge et roule.

- Pruneau cuit, pruneau cru, pruneau cuit, pruneau cru, etc…

- Un chasseur sachant chasser sait chasser sans son chien.

- Les chaussettes de l’archiduchesse sont-elles sèches ?

- Tu t’entêtes à tout tenter, tu t’uses et tu te tues à tant t’entêter.

- Un pâtissier qui pâtissait chez un tapissier qui tapissait, dit au tapissier qui tapissait : faut-il pâtisser chez un tapissier qui tapisse ou tapisser chez un pâtissier qui pâtisse ?

- J’exige d’exquises excuses !

- Cinq chiens chassent six chats.

- Ces six saucissons-ci sont si secs, qu’on ne sait si c’en sont.

- Suis-je bien chez ce cher Serge ?

- La pipe au papa du Pape Pie pue.

- Seize chaises sèchent.

- Piano, panier, piano, panier, piano, etc…

- Douze douches douces.

- Je veux et j’exige, j’exige et je veux

Aucun commentaire:

Publier un commentaire